Et la lumière... Boutique de luminaires design contemporains. | Un coup de projecteur sur l’usine Louis Poulsen au Danemark
17137
post-template-default,single,single-post,postid-17137,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-11.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive

Un coup de projecteur sur l’usine Louis Poulsen au Danemark

Un coup de projecteur sur l’usine Louis Poulsen au Danemark

Louis Poulsen c’est LA marque de luminaires danois par excellence. Avec Thomas, nous l’observons depuis longtemps, de loin, de près, et depuis toujours nous l’avons voulue chez nous, dans notre boutique.

Nous avons eu le grand plaisir de visiter l’usine de fabrication à Copenhagen.

Et tenions à partager avec vous cette expérience.

 

Tout d’abord Copenhagen by night : il y fait nuit tôt en cette saison et que regardons-nous au fil de la promenade ? Les éclairages des appartements !  Nous sommes séduits par une constance : il est chaleureux. Nous identifions même au fil de la promenade des luminaires signés Louis Poulsen ! Dans les maisons, dans les bureaux, à l’accueil d’un ministère, sur une esplanade publique. La marque est non seulement d’ici mais également bien intégrée dans l’espace urbain.

La ville de Copenhagen accueille le showroom Louis Poulsen sur les anciens docks. On y voit l’ensemble de la collection. On ne peut y entrer que sur RV. Mais si vous y passer, on peut peut-être vous arranger cela…

 

Pour rejoindre l’usine de fabrication Louis Poulsen, il faut faire environ 100km. Deux grands bâtiments sombres et rectangles. Une première usine, et un agrandissement qui a eu lieu il y a quelques années. Ici tout est en ordre. Des marquages au sol pour délimiter les emplacements charriots, les lignes de stockage sur au moins 6 mètres de haut, et une organisation drastique. Chaque ouvrier à son poste de travail.

 

Visite guidée :

 

L’espace métal :

 

On y stocke les moules, numérotés, on y usine les pièces.

 

Un gros costaud danois tatoué, qui parle deux mots en français, repousse le métal. Cette technique du repoussage du métal repose sur la main de l’homme. C’est la première fois que nous voyons cela.

Tomé, notre super agent commercial lui propose en plaisantant de venir avec lui visiter les clients en France, et la réponse est franche et directe: « jamais ! ». Il aime son travail. Cela se voit, il touche le métal avec ses gants, ses doigts. Il aime le métal et il préfère son usine que les routes commerciales, et de loin ! On apprendra après que notre super tatoué a suivi deux ans de formation assurés par la marque Louis Poulsen, avant d’être opérationnel.

 

Tout à coup la musique retentit, assez fort je dois dire ! Quelques ouvriers se rassemblent dans l’allée centrale : c’est l’heure de la pause gymnastique !!!!!  Je me joins à eux, et au rythme de David Guetta, on fait quelques mouvements guidés par une des ouvrières qui se transforme en coach pour 15 minutes ! Des sourires, un petit moment de détente, d’étirements et de bien-être et hop tout le monde rejoint son poste de travail.

On nous explique que chez Louis Poulsen, comme dans la plupart des entreprises au Danemark, on est attentifs au bien être des salariés.

/aucune photo de ma séquence gymnastique… C’est moi qui prends les photos ;-)/

 

Une fois que les pièces métal sont façonnées, elles sont stockées méthodiquement, rangées devrait-on dire dans un ordre spécifique et avec un soin attentif.

            

 

 

Certaines pièces sont polies c’est le cas par exemple pour la fabrication de l’anneau central du modèle PH5 finition cuivre.

        

 

Les pièces façonnées sur place sont parfois aussi associées à des pièces fournies par des prestataires extérieurs, puis rejoignent une seconde zone.

 

La zone d’assemblage :

 

Chaque poste de travail d’assemblage est personnel et occupé par une seule et même personne sur un seul modèle de lampe pendant la journée.

Les accessoires sont bien en ordre, les rangées bien alignées. C’est beau une usine…

 

 

L’émotion est bien là quand on assiste à l’assemblage de la célèbre Artichoke (designer Poul Henningsen en 1958).

     

 

La dame brune est en charge aujourd’hui de la Patera (designer contemporain Oivind Slaatto). Impressionnante au montage avec ses kilomètres de structure, la Patera est fidèle à l’incontournable précepte de Poul Henningsen : éclairer tout en masquant la source de lumière.

 

La zone de départ :

 

C’est là que se retrouvent les luminaires emboités ou packagés. Boîte en bois pour la Artichoke, ou packaging signé pour la PH5.

Ensuite les luminaires arrivent chez nous, puis prennent vie chez vous…

 

Je me souviens encore d’un jour pluvieux, passer voir un de nos clients pour une petite livraison. Il avait acquis auparavant une suspension PH 5 classique. Et en la voyant, avec Thomas, sur l’ilot de cuisine, chez le client, on a vraiment compris la magie de la marque Louis Poulsen. Eclairer sans éblouir, contribuer à cet esprit danois du bien être chez soi.